Anes et attelages d’Egypte.

Coutumes et traditions du meneur d’âne en Egypte.

vendredi 15 décembre 2006


Dakhla - 176.1 ko
Dakhla

Des ânes en Egypte, rien d’inédit. Mais qu’on ne s’y trompe pas : l’originalité n’est pas dans l’animal (omniprésent c’est vrai) mais dans l’usage que l’on en fait.

A Siwa, des charrettes rudimentaires sillonnent le village à toute heure du jour et de la nuit. Comme les choppers customisés en France, ce sont des attributs UNIQUEMENT masculins dont les enfants se disputent l’honneur de la conduite.

Siwa - 188.6 ko
Siwa

Sûrement une bonne école de patience (tant pour la bête que pour le petit d’homme) et il nous a été donné de voir le tumulte que pouvait occasionner un couple mal accordé… Dans cet oasis très traditionaliste et disons le assez macho, non seulement les femmes ne côtoient jamais les hommes dans la vie publique… mais il en est de même pour les ânesses. Celles de la communauté sont cantonnées toutes ensembles à l’écart du village pour que leur présence ne vienne pas distraire le mâle dans l’accomplissement de sa besogne et, surtout, pour que les hommes puissent réguler les libations sexuelles de leurs auxiliaires (puisqu’il est de notoriété publique qu’un abus de la chose épuise le travailleur).

A Bahariya, les mœurs sont libertines : mâles et femelles se croisent ouvertement en ville. Nous n’avons pas été témoins d’élans de tendresse démesurés, la chariote empéchant, mais il semble quand même que les deux sexes y vivent plus harmonieusement. Ici les bourricots ne sont pas cantonnés devant la charrette mais ils sont plus souvent chevauchés par hommes, paquets et enfants. Un privilège dont sont exclues les femmes qui marchent à côté…

A Dakhla, le sage charretier laisse s’exprimer la fibre pédagogique : il attelle le briscard chevronné a la carriole et ficelle à côté un jeunot pas encore dégrossit. Ainsi pendant que l’un trime à tirer la charge, l’autre batifole le nez au vent.

Dakhla - 117.9 ko
Dakhla

Mais l’expérience lui rentre en douceur et quand le mauvais sort laisse le routard sur le tapis la relève est prête. Car il n’y parait pas comme ça mais bête de somme est une lourde fonction qui ne s’improvise pas. L’écart n’est pas permis quand on partage la chaussée avec piétons, troupeaux, taxis fous et semis remorques agonisants. Et puis service personnalisé oblige il faut bien apprendre à satisfaire aux lubies de son maître : celui qui saute en marche et qui vous laisse bride libre pour trouver une place de stationnement, le pachyderme qui se dandine sur le siége et dont il faut anticiper l’effet balancier, le gamin qui vous houspille du bâton pour fanfaronner devant les touristes, le vieux qui s’endort en route, toutes les variantes existent.

carotte ou baton - 168.4 ko
carotte ou baton

Mais il est un trait commun retrouvé chez tous les spécimens rencontrés : une patience angélique qui leur permet de rester campés des heures sur un marché sans bouger l’oreille ni plonger le nez dans le chargement de luzerne d’à côté.

Patience d’ane - 169.3 ko
Patience d’ane

Un défaut parfois constaté : le klaxonne qui s’enraye au milieu de la nuit.

Carnet de route précédent. Carnet de route suivant.

1 Message

  • Carnet de route du 15 Décembre

    15 décembre 2006 19:24, par SOPHIE

    Salut vous 2

    Me voila rassurée,tu me connais HELENE, j’étais prete à lancer un SOS auprès des autorités compétentes. Quel plaisir de vous suivre de nouveaux.Les photos font rever .Bisous à tous les 2

 
 

 

Accueil | Bucéphale expédition | Carnets de route de Bucéphale par pays. | Galeries photos par pays. | Dossier de presse | Conseils techniques pour préparer votre camion. | D’autres voyagent aussi en camion 4X4... | FAQ | Annonces
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0 | Plan du site | contact | informations légales | Crédits |SPIP