Siwa- Bahariyya, police obligatoire.

Alors nous apprenons sur le tas, rions (à froid) de nos erreurs, essayons de trouver les lois qui régissent le fonctionnement de la machine Moubarakienne….

jeudi 14 décembre 2006


Pas facile pour nous de plonger dans le bain tumultueux de la société Egyptienne. Peut-être un séjour trop prolongé dans le consortium Parisien, avec ses règles établies et rationnelles, nous a-t-il mal préparés à l’art de louvoyer dans des eaux plus énigmatiques. Alors nous apprenons sur le tas, rions (à froid) de nos erreurs, essayons de trouver les lois qui régissent le fonctionnement de la machine Moubarakienne…. et comprenons que nous n’avons toujours pas trouvé la clef.

« Easy Life » est la pensée maîtresse du Bédouin philosophe que nous rencontrons à Farafra et qui se met en quatre pour organiser et nous inviter a un super barbecue sous les étoiles.

« Hard life » est notre pensée secrète quand il nous annonce qu’il peut nous guider jusqu’à Gif El Kébir (le rêve de Marc) pour 6 000 euros !!! Alors d’expérience nous nous méfions de l’entreprenant qui nous aborde sur le marché. Mais honte à nous, celui ci voulait gentiment nous aider à renégocier les tarifs un peu « inconvenants » de nos légumes. Des gêneurs ces trois gus dans leur jeep banalisée qui nous « déconseillent » de rester dans les dunes ? Pas du tout, nous découvrons le lendemain en nous rendant au QG militaire de Siwa que c’était le colonel en personne, accompagné de son escorte, qui s’inquiétait pour nous car la zone était « hypothétiquement un peu problématique ». Un peu mère poule le gradé ? Pas de tout, nous découvrons deux jours plus tard avec le militaire qu’il nous a collé en escorte pour faire le tronçon Siwa- Bahariyya qu’en fait la zone est minée depuis la guerre.

de Siwa vers Baharyia - 141.6 ko
de Siwa vers Baharyia

Un peu étouffants les flics Egyptiens ? Pas du tout, à part le tronçon sus cité nous sommes libres comme l’air de Marsa Matruh à Kharga. Alors on y prend goût forcément : et que je campe où je veux, et que je traîne en ville à pas d’heures, et que je parle à n’importe qui.

Campement Darkhla - 166.8 ko
Campement Darkhla

Alors « easy life » le voyage en Egypte ? Patatras, au check point d’entrée dans Kharga un véhicule de police nous emboîte la roue et ne lâche plus le pot d’échappement du camion (quelle conscience professionnelle !). Négociations, communication, la tension monte mais c’est payant : le chef nous assure que c’est un malentendus, qu’il suffit que nous l’informions de notre plan de route pour que nous retrouvions notre intimité. Alors au prix de notre liberté nous nous faisons violence et nous PLANNIFIONS (une première depuis notre départ). Depuis on a gagné : les flics se sont éloignés du cul du camion à 25 mètres en retrait, quand on va au resto ils ne s’assoient plus à la table à côté mais sur le trottoir devant, et la nuit on entend à peine le crachotement de leurs talkie-walkie. Marc est aux anges…

Allez, on panique pas, il nous reste un mois pour percer les mystères de l’Egyptian’s Way of life. Si on trouve, promis on vous raconte et il n’est pas interdit aux plus érudits de nous mettre sur la voie…. En attendant, on se calme...

Détente au campement - 119.4 ko
Détente au campement

Carnet de route précédent. Carnet de route suivant.

 
 

 

Accueil | Bucéphale expédition | Carnets de route de Bucéphale par pays. | Galeries photos par pays. | Dossier de presse | Conseils techniques pour préparer votre camion. | D’autres voyagent aussi en camion 4X4... | FAQ | Annonces
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0 | Plan du site | contact | informations légales | Crédits |SPIP