Harrar jusqu’à Dire Dawa.

Nous rejoignons donc Dire Dawa, ou j’avais déjà repéré un très bon atelier...

samedi 23 juin 2007


Carnet de route du 22 Juin 2007

Quitter Addis Abeba nous a demandé quelques efforts. Il nous fallut renoncer au luxe de la vie citadine et surtout celui de la vie des expatriés. Bernard et Catherine nous ont fait rencontrés leurs amis, qui eux aussi participèrent à ce très bon séjour en ville. Hélène caracolait sur Othello dans la fraicheur du parc ombragé de l’ambassade de France alors que je sirotais une bière à la terrasse de l’hôtel. Un coup de fil et le barbecue chez Christophe nous réunis autours de 4 kg de cotes de bœuf et d’agneau, Champagne et Savigny les Beaune de chez Bouchart...On est vraiment en Ethiopie ?

Oui, nous sommes arrivés après un embouteillage aussi monstrueux que polluant à nous retrouver au bord de la rivière Awash ou crocodiles et singes Grivet nous tiennent compagnie à notre campement.

Le Grivet est drôle et originale. Drôle, car ils passent la journée à jouer autours de nous et surtout sur Bucéphale, en nous réveillant le matin de leur course poursuite sur le toit et glissades sur lles panneaux solaires en se rattrapant au dernier moment à l’antenne, doinggggggg ! Original, avec ses deux couilles turquoises et sa petite (toute petite) queue rouge, dommage qu’il ne connaisse pas la gay pride ! Faudra-t-il que je me fasse une couleur ? Hélène les adore ! Les crocodiles sont plus discret, heureusement on ne se voyait pas avec ceux là, passant la tête par le hublot de toit au petit matin. Il faudra attendre deux jours qu’ils apparaissent et nous confirment le danger à se baigner... D’un seul coup de mâchoire, dix kilos d’intestins posés sur la berge sont engloutis, sans un sourire de remerciement. Ingrat !

Il fait si chaud que nous restons à ce campement cinq jours sans sortir de l’ombre de ce baobab géant qui nous donne un peu de fraicheur, comparativement.

150 kilomètres dans la journée, un record pour ce jour ou nous rejoignons Dire Dawa, mais Harrar à 2000 mètres d’altitude n’est qu’à 50 kilomètres. Nous y repartons le lendemain pour prendre un peu de fraicheur. Vielle ville, aux murs blanchis à la chaux, aux ruelles tortueuses, à forte majorité musulmane, nous trouvons là, hospitalité, curiosité, et discrétion. On en oublie que l’on est en Ethiopie ! On est vraiment sortis du circuit classique des voyageurs en camion. On nous regarde avec des yeux ronds et l’hôtelier nous avoue qu’il n’a jamais vu un tel véhicule dans son parking. De fait, le premier jour, il ne nous demande qu’un euros de parking, mais dès le lendemain réajuste le tir en passant le tarif à 5 comprenant tardivement qu’on n’avait pas besoin de chambre !

A chaque départ, je trouve que Bucéphale grince et gémit un peu trop. Il ne va pas se plaindre avec une moyenne de 32 kilomètres par jour ? Il se plaint juste d’une lame maitresse arrière cassée. Ou ? On en sait rien, mais sans doute depuis l’Omo river. Nous rejoignons donc Dire Dawa, ou j’avais déjà repéré un très bon atelier. Le travail est fait pendant le week-end, pour 80 euros lame comprise. On a été obligé de démonter les deux coffres pour avoir accès aux supports. L’axe étant grippé et inaccessible par son arrière, il a fallut faire sauter deux rivets d’usine pour déposer la fonte support et ainsi pouvoir chasser l’axe à la masse. Puis, ne trouvant pas de lame Renault, j’ai acheté une lame Mercedes. En coupant l’ancienne et la neuve par moitié et en diagonale, j’ai pu ainsi en avoir une identique. A chaque fois j’ai eu la chance de tomber sur de très bons soudeurs, il faut dire qu’ici on casse beaucoup et donc on soude beaucoup, faute de pièces de rechange. Bref, tout est réglé dans le week-end. Essayez de faire ouvrir un concessionnaire de Saumur un dimanche et vous comprendrez la chance que nous avons ici. Depuis, nous attendons tranquillement le festival du film européen à l’alliance française qui démarre lundi. On est loin d’arriver à Djibouti, à ce rythme.

Carnet précedent Carnet suivant

Informations pratiques.
 1 euro = 12 birr
 3 minutes de téléphone pour la France 4.50 euros.
 Une heure d’internet 2 euros.
 Le litre de gasoil varie entre 5.24 et 5.70 Birr soit moins de 0.5 euro le litre.
 Un paquet de Nyala, cigarettes nationales à 0.35 euro.
 Le kilo de Cote de Bœuf à 5 euros !
 Une bouteille de Rhum blanc martiniquais est à 12 euro.
 Un pur arabica éthiopien sur le trottoir 0.06 euro, ou en terrasse 0.10 (message pour Dominique)
 Et deux kilos moulus fraichement, 3 euros.
 Une bière pression d’Harrar, 0.20 euro (idem pour Dominique)
 Notre vie quotidienne en ville nous coute 13 euros environ pour deux, parking gardé compris.
 Si on roule et que l’on campe dans la nature 12 euros du 100 kilomètres et 2 ou 3 euros de nourriture.
 Donc notre budget mensuel en Ethiopie est de 450 euros.
 Bucéphale nous a couté 120 euros de réparations depuis neuf mois de voyage.
 Les couilles turquoises de Grivet ne sont pas à vendre.

Portfolio

1 Message

  • Carnet de route du 22 juin 2007

    29 juin 2007 17:45, par Jean-Marie
    Bonjour Marc et Helene, Que le temps passe vite nous sommes déjà à l’été 2008. Je suis votre voyage avec beaucoup de plaisir. Je vois que tout va bien pour vous et que la vie est belle loin de la polution de vie parisienne. Pour nous les grands projets sont toujours d’actualité, juste un peu de patience. A bientôt Jean-Marie et Simone
 
 

 

Accueil | Bucéphale expédition | Carnets de route de Bucéphale par pays. | Galeries photos par pays. | Dossier de presse | Conseils techniques pour préparer votre camion. | D’autres voyagent aussi en camion 4X4... | FAQ | Annonces
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0 | Plan du site | contact | informations légales | Crédits |SPIP