Pièces détachées pour ce voyage.

On ne casse pas tous les jours et ce que l’on casse peut être vital pour la suite du voyage,

mercredi 14 avril 2010


Les pièces détachées

C’est point un peu difficile à régler lorsque l’on a pour la première fois ce camion dans les mains et que l’on ne sait pas trop ce qui peut tomber en panne. Avec mon précédent TRM 2000 (Léon), j’avais eu pas mal de déboires avec le compresseur, et le démarreur. J’ai aussi explosé un roulement dans la cinétique du pont avant.

C’est donc avec près de 25 ans d’expérience que j’ai constitué ma caisse de pièces détachées.

C’est le jour du Départ...

Un autre point délicat est le poids et la place que cela prend. Une solution que j’avais adoptée depuis des années grâce au conseil d’autres voyageurs, la mise en caisse prête à l’expédition des pièces lourdes et encombrantes. C’est de loin la solution la plus simple mais aussi la plus chère. Mais qui reste la plus pratique.

La petite caisse à outils - 37.3 ko
La petite caisse à outils

Bien-sûr, qui pièces détachées dit caisses à outils ! J`ai fragmenté en trois mes outils. Un petit sac contient tous les petits outils de base jusqu’au diamètre 10. Dans un coffre, des tiroirs compartimentés renferment le moyen outillage pour des interventions plus lourdes, jusqu’au diamètre 22. Enfin, une caisse très lourde renferme les très grosses clefs jusqu’au diamètre 34, mais aussi masses, extracteur... J’ai fait aussi un sac spécial pour le pneumatique, outils, emplâtres, valves etc... Les sacs en grosse toile sont plus pratique que les caisses, ils comblent des vides et calent les caisses dans le coffre.

On ne casse pas tous les jours et ce que l’on casse peut être vital pour la suite du voyage, pare-brise, pont, boite. Ceci explique pourquoi j’ai rapidement acheté un deuxième camion. Mais je dois l’avoué, je n’ai pas eu le temps de le démonter avant de partir. Il est donc sur cale à attendre d’être désossé. Je l’avais fait sur TRM2000, un mois de travail pour un véhicule en caisse...

J’ai donc pris avec moi pour ce voyage :

 1. Un compresseur neuf.
 2. Un démarreur neuf.
 3. Quatre bougies et relais de préchauffage.
 4. Une manette de frein de parking.
 5. Toutes les petites pièces autours du groupe de freinage.
 6. Tous les jeux de courroies.
 7. Un arbre de transmission arrière.
 8. Un cylindre de frein et 4 jeux de coupelles.
 9. Tous les joints spi du camion.
 10. Les flexibles de frein.
 11. Diverses durites.
 12. Des raccords pneumatiques et tuyaux.
 13. Tout le nécessaire de réparation d’un Tubeless, et des valves.
 14. Fils et cosses électriques de toutes tailles.
 15. Câbles de démarrage grosse section.
 16. 15 litres huile moteur et 5 filtres moteur.
 17. 20 litres huile boite et ponts.
 18. Liquide frein et graisse.
 19. Une caisse de boulons de toutes tailles.

D’autre part, je ne parle ici que du 110/150 Renault. Ce véhicule est assez rare en voyage. Renault en a peu vendu, contrairement au TRM4000. Il sera donc difficile de trouver en cours de route du rechange. J’ai quand même croisé une épave en Ethiopie, sur laquelle, j’ai prélevée une vitre latérale. Donc compte tenue de cette rareté, ce stock de pièces est à mon avis nécessaire en lot de bord.

Ce lot de bord de pièces est aussi encombrant et ne sert pas tous les jours. J’ai donc soigneusement emballé tout ça et je l’ai rangé dans une des roues de secours. Je n’ai pas pris de jante, à mon avis totalement inutile et lourde. J’ai donc ainsi deux importants volumes de rangement. La deuxième roue contenant toutes nos affaires d’hivers...

Voila pour aujourd’hui, j’étofferai cet article au fil des mois et des discussions à venir.

 
 

 

Accueil | Bucéphale expédition | Carnets de route de Bucéphale par pays. | Galeries photos par pays. | Dossier de presse | Conseils techniques pour préparer votre camion. | D’autres voyagent aussi en camion 4X4... | FAQ | Annonces
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0 | Plan du site | contact | informations légales | Crédits |SPIP